Enquête publique : projets de plan d’aménagement forestier des bois communaux de Gerpinnes

L’Administration communale porte à la connaissance de la population que le projet de Plan d’Aménagement Forestier (PAF) des Bois communaux de Gerpinnes dont l’auteur est le Service public de Wallonie – Direction
générale opérationnelle de l’Agriculture, des ressources naturelles et de l’environnement – Département de la nature etdes forêts – Direction extérieure de Mons, ainsi que le Rapport d’Incidences Environnementales (RIF), sont soumis à enquête publique.
Cette enquête publique a pour but de recueillir l’avis du public en vue de l’adoption de ce plan par la commune de
Gerpinnes, propriétaire des bois communaux de Gerpinnes.

Le dossier peut être consulté à l’Administration communale concernée, à partir de la date de début jusqu’à la date de clôture de l’enquête, à savoir à partir du 15/04/2021 jusqu’au 31/05/2021, chaque jour ouvrable pendant les heures de services, uniquement sur rendez-vous – Service urbanisme/environnement (Madame Tantaro – 071 50 94 34)

Ci-dessous le résumé du dossier, fourni par le DNF

Des affiches jaunes sont apparues à l’orée du bois…
Une enquête publique est actuellement en cours pour récolter les éventuelles remarques portant sur le plan d’aménagement des bois communaux de Gerpinnes. Afin d’en avertir la population locale, des avis (affiches jaunes) ont été placés aux valves aux entrées de ces bois. Ces avis suscitent l’intérêt, la curiosité, voire l’inquiétude de certaines personnes craignant que des projets urbanistiques ou de déboisement y soient projetés. La commune de Gerpinnes, propriétaire de ces bois, souhaite rassurer la population à ce sujet.

La commune de Gerpinnes répond à ses obligations légales
L’affichage des avis est une obligation légale prévue par le Code de l’environnement (Art. D29-8,9) pour l’adoption d’un plan qui est susceptible d’avoir des incidences sur l’environnement (qu’elles soient positives ou négatives). Le plan d’aménagement forestier est considéré comme tel (Art. D53).
La rédaction et l’adoption d’un plan d’aménagement forestier est une obligation légale prévue par le Code forestier pour toutes les propriétés boisées du domaine public d’une superficie d’au moins 20 hectares (Art. 57). C’est le cas des bois communaux de Gerpinnes.

Qu’est-ce qu’un plan d’aménagement forestier ?
Un plan d’aménagement forestier correspond au document de gestion d’une forêt en particulier. A l’origine, le terme « aménagement » faisait référence à l’organisation des exploitations forestières (dans l’espace et dans le temps) visant à rationaliser les récoltes de bois tout en préservant l’écosystème forestier. Depuis l’entrée en vigueur du nouveau Code forestier en 2008, les fonctions écologiques et sociales de la forêt ont été reconnues comme complémentaires à la fonction économique déjà réglementée par l’ancien Code forestier. Le plan d’aménagement forestier est donc devenu un véritable document de gestion durable d’un milieu naturel boisé remplissant plusieurs fonctions (gestion multifonctionnelle). Cette gestion est assurée par le Département de la Nature et des Forêts (en abrégé DNF) qui veille à entretenir au mieux ce patrimoine forestier public.
Que contient un plan d’aménagement forestier ?
Grosso modo, il s’articule en trois parties. La première dresse l’état des lieux détaillé de la propriété boisée. La suivante présente les objectifs de gestion visés par le propriétaire (articulés autour des piliers de la gestion durable, à savoir, les fonctions écologiques, sociales et économiques). La dernière définit les moyens (techniques, financiers et humains) à mettre en oeuvre pour y parvenir. Le contenu minimum du plan d’aménagement est fixé par le Code forestier (Art. 57).
Un atlas cartographique accompagne le plan d’aménagement. Les deux sont complémentaires pour une bonne compréhension du document.

Et pour les bois communaux de Gerpinnes ?


1. Etat des lieux

Les bois communaux de Gerpinnes couvrent 448 ha, en plusieurs blocs, à cheval sur les communes de Gerpinnes et de Mettet. Il s’agit principalement d’anciennes forêts feuillues mélangées et d’âges multiples (futaie irrégulière) dans un bon état de conservation. La propriété comporte également des milieux naturels non boisés ; prairies humides, mares, anciennes carrières (sable et marbre) et des grottes. Ces biotopes variés abritent une faune et une flore diversifiées dont plusieurs espèces rares et/ou protégées. Les grottes des Sarrazins à Loverval bénéficient de plusieurs statuts de protection (Cavité souterraine d’intérêt scientifique, Natura 2000 et site classé).
Les sols riches expliquent la bonne productivité des forêts (accroissement estimé à 4,7 m³/ha.an) qui engendrent des revenus moyens de vente de bois de l’ordre de 134 €/ha.an. Viennent s’y ajouter les recettes de location du droit de chasse à hauteur de 91 €/ha.an (déduction faite du précompte). Il faut toutefois relever le déséquilibre forêt-gibier résultant d’une surpopulation de sangliers empêchant la régénération de la forêt et dérangeant certaines autres populations animales. D’un point de vue récréatif, les bois communaux permettent à plusieurs associations locales d’organiser leurs activités (randonnée, VTT, pêche, archerie, cynologie) dont certaines avec un but pédagogique. Malheureusement, les chemins sont également empruntés illégalement par quelques véhicules à moteur perturbant la quiétude des lieux.


2. Objectifs
L’objectif principal est l’entretien de la futaie feuillue irrégulière et mélangée via une gestion proche de la nature (sylviculture Pro silva – production de bois de qualité). Cet objectif s’inscrit dans la continuité de la gestion durable des bois assurée par le DNF et confère une meilleure résistance des peuplements aux changements climatiques. Il s’agit de prélever périodiquement le volume de bois produit (accroissement) en récoltant un minimum d’arbres arrivés à maturité économique (terme d’exploitation) et en favorisant la croissance des arbres de meilleure qualité (éclaircie d’amélioration). Cela en évitant de créer de grosses ouvertures dans le couvert forestier (couvert continu) pour favoriser l’installation du semis naturel. Le renouvellement de la forêt passera obligatoirement par la protection des plants et des semis contre le gibier présent parfois en surnombre. Le DNF défend avec fermeté la nécessité de rétablir l’équilibre forêt-gibier. Les cahiers des charges de location des droits de chasse devront être adaptés en conséquence.
Les fonctions écologiques de la partie productive de la forêt seront renforcées par le maintien d’arbres morts et d’arbres d’intérêt biologique accueillant un cortège biologique indispensable aux dynamiques naturelles de décomposition. A cela s’ajoute des nouvelles zones de réserves intégrales (laisse faire la nature) et de réserves dirigées (entretien de milieux ouverts : mares, prairies,…). Ces dernières feront l’objet de gestions participatives dans le cadre du PCDN (Plan Communal de Développement de la Nature). Au niveau récréatif, les activités de plein air seront encouragées par la création de nouveaux itinéraires permanents via le GAL (Groupe d’Action Locale) et par la définition d’une zone d’accès libre au Bois de Fromiée. Les itinéraires existants seront entretenus afin de mettre en valeur le patrimoine naturel et culturel de Gerpinnes. Les agents forestiers agiront de manière préventive (pose de barrières) et répressive (intervention de police) pour lutter contre les incursions de véhicules motorisés.


3. Moyens à mettre en oeuvre
Les mesures de gestion prévues sur l’ensemble de la propriété sont présentées suivant une planification dans l’espace (par secteurs) et dans le temps (définition des fréquences des travaux en fonction des secteurs visés). Cette planification repose sur la carte de gestion (parcellaire) qui guide les agents forestiers au quotidien.
Outre cette planification, des mesures particulières de gestion sont d’application dans certaines zones à vocation de conservation comme les fonds de vallées, les zones de pentes, les sols humides,… Des précisions sont apportées sur les actions réalisées en faveur de certaines espèces ou habitats visés par la Loi sur la conservation de la nature (notamment dans le périmètre d’un site Natura 2000). Des mesures de conservation sont aussi prévues pour protéger le site classé du Ruisseau du Fond des Haies incluant les Grottes des Sarrazins.
Un bilan financier prévisionnel est présenté pour l’ensemble des travaux prévus à l’aménagement. Estimé à 205 €/ha.an, il prévoit des recettes moyennes de 254 €/ha.an (54% de ventes de bois + 46% de location de chasse) et des dépenses moyennes de 49 €/ha.an (plantations, entretien des milieux naturels ouverts, précompte mobilier sur le droit de chasse). Notons que les travaux de conservation de la nature (entretien des milieux ouverts) peuvent être financés par le Programme wallon de Développement Rural (PwDR) et que les frais de protection des plants et semis sont partiellement imputés aux titulaires du droit de chasse afin de les inciter à rétablir l’équilibre forêt-gibier.


Comment puis-je faire entendre ma voix ?
Le plan d’aménagement et son atlas cartographique sont consultables sur rendez-vous aux administrations communales de Gerpinnes et de Mettet durant l’enquête publique (du 15 avril au 31 mai 2021). Toute personne désireuse de réagir doit le faire par écrit (mail, courrier ou document manuscrit) auprès de ces administrations communales si elle souhaite que cela soit pris en compte dans le processus de consultation (modalités pratiques renseignées sur l’avis). Toute demande de renseignement peut également être faite par téléphone auprès de l’auteure du document (COLSON Catherine 065 32 82 43).

Partager sur facebook
Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *